L'oeil des médias

09/02/2018 | Le Petit Shaman - Février 2018

Léonie Place, alias Scribeuse, est une jeune journaliste qui a décidé de lancer un concept unique entre journalisme et écrivaine. Elle retranscrit les instants de vie dans un livre personnalisé et sur-mesure à votre image.

 

Pour un événement, anniversaire, une biographie, histoire d’entreprise, mariage et plus encore, Léonie est la plume de vos souvenirs indélébiles. Rencontre avec Scribeuse pour une interview inédite pour Le Petit Shaman magazine !

 

D’où vous vient ce goût pour l’écriture ?

« Quand j’étais enfant, je passais beaucoup de temps à écrire. J’offrais souvent un poème, une jolie lettre, ou une chanson, en guise de cadeau aux membres de ma famille. Je ne sais pas vraiment d’où je puise cette passion, mais ma maman écrit très bien, elle choisit toujours des mots justes et doux pour transmettre un message écrit. Sans doute ai-je été inspirée.

J’ai donc été très naturellement attirée par le métier de journaliste, d’autant que suis également curieuse, aventurière et sociable. Je devais avoir 8 ans. Je lisais déjà la presse jeunesse et j’ai même participé à des concours de jeunes journalistes. Puis j’en ai fait un objectif professionnel. J’ai passé un bac littéraire, à Roanne (42), et à Science-po Grenoble, j’ai obtenu un Master Journalisme multimédia.

Je me suis rapidement confrontée à la réalité du métier. Comme beaucoup d’étudiants en journalisme, je rêvais d’enquêtes et de longs récits, écrits au gré de voyages et de rencontres enrichissantes. Sauf que j’ai stagné à Paris, à vendre quelques piges à des médias nationaux. Puis j’ai voulu découvrir la presse écrite quotidienne régionale. Mais après un an et demi en Bourgogne, j’étais déjà frustrée.

J’ai démissionné, et nous sommes partis avec mon compagnon, avec uniquement un billet d’avion-aller pour Lima, au Pérou. Nous sommes restés 15 mois en Amérique du Sud. On a voyagé en mode vadrouille et débrouille, on a tenu un blog quotidien et nous avons écrit quelques piges pour les médias français. L’occasion de me convaincre que l’écriture était ma passion, mais que je devais l’exercer différemment que derrière un bureau de journaliste. »

Pourquoi avoir choisi de raconter plutôt que d’inventer ?

« Je suis rédactrice de contes de faits. C’est le nom que je lui donne, mais ce métier est communément appelé écrivain privé ou écrivain public. Je ne suis pas écrivaine. Mon métier est de raconter la vie des gens, des familles, des entreprises, des villes, des associations. La fiction m’inspire moins. Ce sont deux métiers totalement différents qui font appel à des qualités d’écriture distinctes. Le mien est de raconter et valoriser des histoires personnelles et professionnelles, afin d’avoir un livre pour transmettre des valeurs aux générations futures, offrir un beau cadeau ou communiquer de manière élégante et différenciante. Mais, à côté de mes livres et dans le cadre de missions courtes, j’écris pour divers supports et je suis parfois amenée à activer mon imagination.  

En ce moment, je travaille avec une start-up bretonne et je leur écris des scénarios de jeux d’aventure pour des applications destinées aux smartphones et tablettes. Dans le cadre de cette mission, j’invente ! »

 

La suite de l'interview ici ! 

Léonie Place, alias Scribeuse, est une jeune journaliste qui a décidé de lancer un concept unique entre journalisme et écrivaine. Elle retranscrit les instants de vie dans un livre personnalisé et sur-mesure à votre image.

 

Pour un événement, anniversaire, une biographie, histoire d’entreprise, mariage et plus encore, Léonie est la plume de vos souvenirs indélébiles. Rencontre avec Scribeuse pour une interview inédite pour Le Petit Shaman magazine !

 

D’où vous vient ce goût pour l’écriture ?

« Quand j’étais enfant, je passais beaucoup de temps à écrire. J’offrais souvent un poème, une jolie lettre, ou une chanson, en guise de cadeau aux membres de ma famille. Je ne sais pas vraiment d’où je puise cette passion, mais ma maman écrit très bien, elle choisit toujours des mots justes et doux pour transmettre un message écrit. Sans doute ai-je été inspirée.

J’ai donc été très naturellement attirée par le métier de journaliste, d’autant que suis également curieuse, aventurière et sociable. Je devais avoir 8 ans. Je lisais déjà la presse jeunesse et j’ai même participé à des concours de jeunes journalistes. Puis j’en ai fait un objectif professionnel. J’ai passé un bac littéraire, à Roanne (42), et à Science-po Grenoble, j’ai obtenu un Master Journalisme multimédia.

Je me suis rapidement confrontée à la réalité du métier. Comme beaucoup d’étudiants en journalisme, je rêvais d’enquêtes et de longs récits, écrits au gré de voyages et de rencontres enrichissantes. Sauf que j’ai stagné à Paris, à vendre quelques piges à des médias nationaux. Puis j’ai voulu découvrir la presse écrite quotidienne régionale. Mais après un an et demi en Bourgogne, j’étais déjà frustrée.

J’ai démissionné, et nous sommes partis avec mon compagnon, avec uniquement un billet d’avion-aller pour Lima, au Pérou. Nous sommes restés 15 mois en Amérique du Sud. On a voyagé en mode vadrouille et débrouille, on a tenu un blog quotidien et nous avons écrit quelques piges pour les médias français. L’occasion de me convaincre que l’écriture était ma passion, mais que je devais l’exercer différemment que derrière un bureau de journaliste. »

Pourquoi avoir choisi de raconter plutôt que d’inventer ?

« Je suis rédactrice de contes de faits. C’est le nom que je lui donne, mais ce métier est communément appelé écrivain privé ou écrivain public. Je ne suis pas écrivaine. Mon métier est de raconter la vie des gens, des familles, des entreprises, des villes, des associations. La fiction m’inspire moins. Ce sont deux métiers totalement différents qui font appel à des qualités d’écriture distinctes. Le mien est de raconter et valoriser des histoires personnelles et professionnelles, afin d’avoir un livre pour transmettre des valeurs aux générations futures, offrir un beau cadeau ou communiquer de manière élégante et différenciante. Mais, à côté de mes livres et dans le cadre de missions courtes, j’écris pour divers supports et je suis parfois amenée à activer mon imagination.  

En ce moment, je travaille avec une start-up bretonne et je leur écris des scénarios de jeux d’aventure pour des applications destinées aux smartphones et tablettes. Dans le cadre de cette mission, j’invente ! »

 

La suite de l'interview ici !