L'oeil des médias

01/06/2018 | Le Télégramme - Juin 2018

Léonie Place. Profession "scribeuse"

 

Elle se définit comme une "scribeuse" et a donné ce nom à la société qu’elle a créée, il y a un an. Pour le dire autrement, Léonie Place se présente comme une « rédactrice de contes de faits ». Écrivain public, la jeune Vannetaise apporte sa sensibilité toute féminine aux histoires de vie qu’elle recueille. Elle a fait des récits de mariage sa signature.

 

Elle a 30 ans et déjà pas mal de lignes sur son CV. Un bac L, Sciences Po, un master de journalisme, des piges pour Rue 89, l’Huma ou encore Libération, une expérience de journaliste en presse quotidienne régionale, quinze mois passés avec son conjoint sur les routes d’Amérique du sud et maintenant cette société, Scribeuse, créée il y a tout juste un an. Ceux qui la connaissent depuis son plus jeune âge peuvent l’attester, Léonie était faite pour vivre de sa plume. « L’écriture a toujours été une passion. Toute petite, je voulais être journaliste. Je prenais sans cesse des notes, j’écrivais des poésies, des lettres », raconte la jeune femme, depuis son bureau lumineux qui livre une vue plongeante sur le boulevard de la Paix à Vannes. Le trafic y est dense comme souvent mais, loué soit le double vitrage, les voitures évoluent dans un silence bienvenu pour celle qui, des heures durant, couche sur le papier les informations recueillies auprès de ses confidents.

 

Lire la suite de l'article sur le site du Télégramme. 

Léonie Place. Profession "scribeuse"

 

Elle se définit comme une "scribeuse" et a donné ce nom à la société qu’elle a créée, il y a un an. Pour le dire autrement, Léonie Place se présente comme une « rédactrice de contes de faits ». Écrivain public, la jeune Vannetaise apporte sa sensibilité toute féminine aux histoires de vie qu’elle recueille. Elle a fait des récits de mariage sa signature.

 

Elle a 30 ans et déjà pas mal de lignes sur son CV. Un bac L, Sciences Po, un master de journalisme, des piges pour Rue 89, l’Huma ou encore Libération, une expérience de journaliste en presse quotidienne régionale, quinze mois passés avec son conjoint sur les routes d’Amérique du sud et maintenant cette société, Scribeuse, créée il y a tout juste un an. Ceux qui la connaissent depuis son plus jeune âge peuvent l’attester, Léonie était faite pour vivre de sa plume. « L’écriture a toujours été une passion. Toute petite, je voulais être journaliste. Je prenais sans cesse des notes, j’écrivais des poésies, des lettres », raconte la jeune femme, depuis son bureau lumineux qui livre une vue plongeante sur le boulevard de la Paix à Vannes. Le trafic y est dense comme souvent mais, loué soit le double vitrage, les voitures évoluent dans un silence bienvenu pour celle qui, des heures durant, couche sur le papier les informations recueillies auprès de ses confidents.

 

Lire la suite de l'article sur le site du Télégramme.